Steamboat Bill Jr. ( Le Cadet d’eau douce )

Ecrit par stream sur . Publié dans Films, Films/Séries

my-favorite-brunette-la-brune-de-mes-reves_watch

Synopsis : Le jeune William Canfield retrouve son père propriétaire d’un vieux bateau qui navigue sur le Mississippi. Le vieux Canfield voudrait que son fils l’aide mais William a mieux a faire, il est amoureux de Kitty, la fille d’un banquier qui possede un magnifique steamer.

Note : 7.9/10
Réalisé par : Buster Keaton, Charles Reisner
Scénario : Carl Harbaugh
Genre : Comédie
Acteur(s) : Buster Keaton, Tom McGuire, Ernest Torrence
Durée : 115 minutes environ
Nationalité : Etats-Unis Titre original : Steamboat Bill Jr.
Date de première diffusion : 1928


Liens de téléchargement et Streaming

Streaming : Youtube (VO) OU Doodstream (VO)

Téléchargement : Archive.org(VO) OU Torrent(VO)

 

Critiques spectateurs :

Note 4/5 : Buster Keaton est très bondissant dans Steamboat Bill Jr en marin d’eau douce notamment dans le final avec cette scène de tempête mais tout au long du film on a droit à des scènes très loufoques.

Note 3/5 : Alors dans l’ensemble on peut dire que j’ai beaucoup aimé ce film mais je ne peux m’empêcher de ressentir un petit arrière-goût d’amertume. Mon avis se retrouve en fait nuancé à cause d’une première demi-heure qui, je dois l’avouer, m’a bien emmerdé. L’introduction des personnages et des enjeux s’avère bien longue pour ma part, peu drôle et assez anodine. Autant Buster Keaton avait l’habitude de proposer une évolution progressive dans l’humour qui fait très souvent mouche, autant là il y a un défaut de rythme qui porte préjudice au film. Du coup j’ai trouvé cette première moitié peu palpitante et vraiment molle, ce qui n’est pas forcément habituel des films de l’acteur.

Par contre le reste du métrage, c’est clairement du Keaton comme je l’aime avec des idées de mise en scène, des cascades à la pelle et beaucoup de tendresse. Et surtout, c’est un film avec un rythme retrouvé où les scènes aussi impressionnantes que drôles s’enchaînent à cent à l’heure. Je m’éclate toujours comme un fou devant ces séquences où tu ne peux t’empêcher de te dire « putain, il a osé ». Je pense notamment au passage de la tempête avec la maison qui s’effondre. Il faut quand même avoir un sacré cran pour tourner des séquences pareilles. Incroyable d’ailleurs que Keaton ne soit pas décédé sur l’un de ses tournages. Difficile à mon sens de rester insensible face à ces séquences saisissantes tant la mise en scène est d’une grande efficacité.

On a donc le droit à un spectacle effréné où le contraste entre le désastre ambiant et l’impassibilité du personnage de Keaton fonctionne toujours autant. Toute la séquence de la tempête est d’ailleurs l’exemple parfait du comique typique de l’acteur/réalisateur. L’image suffit à elle seule, pas besoin de dialogues, pas besoin de textes. Un pur comique de situation qui traverse les époques et fait encore mouche. Et mine de rien, le fait que cela fonctionne encore plus de 80 ans après, ce n’est pas anodin. Une comédie d’une grande générosité encore une fois, dommage donc que le début soit si peu passionnant.

Note 5/5 :Buster Keaton, au sommet de son art, nous offre avec « Steamboat Bill Jr. » un spectacle simplement hilarant, plein de tendresse et de bonne humeur, et surtout d’une poésie divinement infantile, presque nostalgique, et totalement délectable! Ça fourmille de trouvailles, de gags, d’esprit et de prouesses (tant techniques et artistiques que physiques!), l’ensemble est enjoué, rythmé, sans temps mort… Vive le loufoque, vive l’humour, vive le rire tout simplement. Et cet immense artiste qu’est Buster Keaton l’a fort bien compris, et arrive à le produire avec une facilité désarmante! Voilà, un chef-d’œuvre.

Note 5/5 :Avec Le cadet d’eau douce (1928), on retrouve un Buster Keaton survolté, survitaminé, en plein cœur du Mississippi, il doit choisir entre rester avec son père colérique où être avec celle qu’il aime.Alors qu’au même moment un cyclone dévastateur surgit de nul part, il doit tout faire pour sauver sa peau ainsi que celle de ceux qu’il aime.Prouesse technique et visuelle pour ce film en noir et blanc et muet, où à l’aide de maquettes et diverses reconstitutions, Charles Reisner donne vie à un cyclone crédible et impressionnant.Keaton égal à lui même nous sidère, quelque soient les plans du film, il est excellent, acrobaties, cascades, rien ne l’arrête, ce film est l’un des ses meilleurs avec le cultissime & chef d’oeuvre Le Mécano de la General (1927).

Source : https://www.allocine.fr/

Mots-clefs :