The Blue Angel ( L’ange bleu )

Ecrit par stream sur . Publié dans Films, Films/Séries

the-blue-angel-lange-bleu_watch

Synopsis :Dans l’Allemagne provinciale des années 20, un vieux professeur de lycée, qui règne sur ses élèves en despote, se retrouve un jour dans un cabaret mal famé, L’ange bleu. Sa rencontre avec la chanteuse vedette, Lola Lola, bouleverse son existence routinière, et l’entraîne dans un tourbillon passionnel et destructeur…

Note : 7.7/10
Réalisé par : Josef von Sternberg
Scénario : Carl Zuckmayer, Karl Vollmöller
Genre : Drame, Comédie musicale
Acteur(s) : Marlene Dietrich, Emil Jannings, Kurt Gerron
Durée : 115 minutes environ
Nationalité : Allemagne Titre original : Der Blaue Engel
Date de première diffusion : 1930


Liens de téléchargement et Streaming

Streaming : Youtube (VO)

Téléchargement : Archive.org(VO) OU Torrent(VO)

 

Critiques spectateurs :

Note 5/5 : Merveilleusement mis en scène, et porté par deux immenses acteurs, si différents dans leur registre, ce film mérite amplement son statut de classique du cinéma. Des scènes cultes, Marlène et ses jambes bien sûr, mais aussi, la carte postale à système sur laquelle on souffle, le repas de noce ou Jannings fait le coq… Le fond est intéressant et beaucoup moins primaire qu’on ne pourrait le penser. Lola (Marlène Dietrich) est-elle véritablement responsable de la déchéance de Jannings ? A aucun moment elle n’a essayé de le dépouiller, sa seule faiblesse est de ne pas avoir refusé de l’épouser. Jannings a cru pouvoir l’acheter croyant que le bonheur était négociable, Lola a voulu rester elle-même, d’une telle situation le drame ne pouvait qu’éclater. Lola n’est pas vraiment méchante, elle le prouve plusieurs fois, (un peu manipulatrice quand même) mais comme elle le chante si bien, elle est faite pour l’amour. Quant à Jannings, le pauvre, on a mal pour lui.

Note 5/5 : L’un des chefs d’oeuvre du cinéma allemand et l’un des chefs d’oeuvres du cinéma tout court! Ce film magistral signé Josef Von Sternberg est passionnant e bout en bout, ou chaque plan fascine et impressionne. La chute aussi cruelle et rapide d’un homme jusque la très respectable est vraiment réalisé de manière incroyable, à travers une atmosphère absolument indescriptible et un jeu de lumières splendide. Le monstre sacré Emil Jannings est éblouissant et Marlène Dietrich est ici dans son plus beau role incontestablement. Il n’est que peu étonnant qu’il soit encore dans les mémoires plus de soixante dix ans plus tard. Chef d’oeuvre absolu.

Note 4/5 : Adaptè d’un roman de Heinrich Mann, « L’ange bleu » est un film au dèroulement impeccable, qui nous montre pas à pas la destruction d’un homme jusque-là prisonnier des traditions! En quelque sorte, c’est le rècit d’une mise à mort, qu’on peut rattacher par bien des points aux drames psychologiques de l’expressionnisme allemand! Ce film apporte au cinèma plusieurs èlèments nouveaux, particulièrement en ce qui concerne l’utilisation de la musique et des chansons (le mythique « ich bin von Kopf bis Fub auf Liebe eingestellt »), qui viennent sans cesse ponctuer l’action dramatique, tout en rèvèlant l’âme des protagonistes! Lola Lola alias Marlene Dietrich explose et crèe avec sa guêpière, ses jarretelles et ses bas une image qui traversera les gènèrations! Les jambes les plus cèlèbres du cinèma, admirablement (et amoureusement) filmè par Josef von Sternberg vont imposer le personnage de la femme fatale! Marlene vèhicule toute une mythologie de la domination et de la dèchèance! A travers l’amour fou èprouvè pour un objet qui se dèrobe cruellement, l’homme court à sa perte et, comme le malheureux professeur Immanuel Rath (fascinant Emil Jannings qui en vient presque à èclipser Marlene Dietrich), meurt dèchu et solitaire! Un très grand film sur la dèchèance et l’humiliation…

Note 1.5/5 : Dommage que l’Ange Bleu ne soit pas à la hauteur de sa réputation. Il a révélé Marlène Dietrich qui deviendra une grande star par la suite et il est souvent présenté comme un film novateur puisqu’il s’agit du premier film allemand parlant. Malheureusement son scénario est loin d’être original et le déroulement est convenu. Pour commencer le héros, le professeur Rath, n’est pas du tout attachant. Comment s’attacher à un personnage n’ayant aucun trait de caractère positif ? Il est sévère, vieux jeu et niais à la fois, c’est insupportable. Cela est contrebalancé par la chanteuse incarnée par Dietrich qui, en plus de voler la vedette, respire le naturel, notamment grâce à ses sourires enjôleurs.

Pourtant, l’alchimie entre les deux protagonistes est inexistante. Ils se mettent en couple car c’est le scénario qui le veut, ni plus ni moins. A partir de ce moment, l’histoire va poursuivre son avancée sans surprise pour finir comme tout le monde savait comment cela allait se terminer. La scène de fin est d’ailleurs trop longue pour ce qu’elle essaye de dire et frôle le ridicule. Il y a tout de même des choses intéressantes si on oublie le scénario et le jeu d’acteur calamiteux (on dirait un concours de grimaces/mimiques). Les décors, bien que peu nombreux, sont beaux et bien exploités. Je veux dire par là qu’il y a une recherche de l’occupation de l’espace visible ainsi qu’une portée symbolique bien vue. En revanche l’image est parfois surexposée et diminue l’importance des décors. Enfin, les quelques chansons du film sont agréables, mais trop survolées et peu mises en valeurs, comme si cet aspect avait été ajouté pour renforcer l’ambiance cabaret. L’Ange Bleu souffre donc d’un scénario mauvais. Il aurait fallu retravailler la narration pour donner quelque chose d’intéressant.

Source : https://www.allocine.fr/

Mots-clefs : ,