The Cabinet of Dr. Caligari ( Le cabinet du Dr Caligari )

Ecrit par stream sur . Publié dans Films, Films/Séries

the-cabinet-of-dr-caligari-le-cabinet-du-dr-caligari_watch

Synopsis : Une fête foraine plante ses attractions dans la petite ville allemande d’Holstenwall. Un étrange vieillard, le docteur Caligari, entend y exhiber un jeune somnambule, Cesare, dont il monnaie les dons de voyant. Mais Caligari n’obtient pas de l’administration l’autorisation qu’il lui demandait. Le lendemain, le fonctionnaire responsable de cette humiliation est retrouvé mort. Le soir même, Cesare prédit à un jeune homme qu’il ne verra pas la fin de la nuit. Sa prédiction se réalise. Bouleversé, l’ami du défunt, Francis, se met à surveiller Caligari, qu’il suspecte du meurtre…

Note : 8.1/10
Réalisé par : Robert Wiene
Scénario : Hans Janowitz, Carl Mayer
Genre : Drame, Thriller, Fantastique
Acteur(s) : Werner Krauss, Conrad Veidt, Lil Dagover
Durée : 115 minutes environ
Nationalité : Allemagne Titre original : Das Cabinet des Dr. Caligari
Date de première diffusion : 1920


Liens de téléchargement et Streaming

Streaming : Youtube (VOSTFR+VO)

Téléchargement : Archive.org(VO) OU Torrent(VO)

 

Critiques spectateurs :

Note 5/5 : Le chef d’oeuvre expressionniste du cinéma allemand. Tout y est démesuré, d’une hallucinante beauté, un travail extraordinaire sur la lumière, au milieu de décors dantesques et totalement surréalistes. L’ensemble est impressionnant de bout en bout, grace à un maquillage bluffant qui rend l’ensemble totalement déroutant, mais on ne peut plus magistral. L’un des très grands chefs d’oeuvres du cinéma muet.

Note 5/5 : Alors j’avais un peu peur, peur de ce genre de films qui sur le papier ont tout pour que je les adore et qui au final m’ennuient au plus haut point. Or heureusement ça n’a pas été le cas de ce film là. Bon j’ai vu les cartons en anglais (pas trouvé la version allemande, mais vu que je parle mal allemand, ça valait mieux, les cartons sont une bonne idée à eux tout seul, enfin une bonne idée, lorsqu’ils restent lisible (la police utilisée est pas lisible par moment) ils mettent vraiment une ambiance au travers de leurs graphismes que ne renieraient pas les séries B des années 50).
Le film en lui même si la fin est brin longuette je trouve reste un excellent film, rien que l’idée est géniale, ces décors en carton pâte, plus rien ne semble avoir de sens, tout est déjanté, fou, ça m’a rappelé un peu le Procès de Welles (que j’adore) avec ce côté où s’arrêtera la folie ? Même si paradoxalement Caligari est plus sobre de ce côté là.
Pour un coup d’essai, c’est vraiment excellent (malgré la baisse de rythme à la fin), le jeu des acteurs, les décors, la photo, la mise en scène, la pellicule plus ou moins colorée, tout un travail au service d’un mouvement artistique.

Note 4.5/5 : Reconnu par les historiens du cinéma comme le premier film utilisant les codes picturaux de l’expressionisme, avec son non-respect d’un réalisme géométrique au profit de décors difformes et ses ombres portées cauchemardesques, Le cabinet du docteur Caligari a posé les bases d’un vaste mouvement de films fantastiques qui fera la gloire du cinéma allemand dans les années 20. La mise en scène dérangeante que créé ainsi Robert Wiese colle à la perfection au scénario mis au point par Carl Mayer qui joue sur les pires peurs enfantines en assimilant une attraction foraine à une créature meurtrière. L’investigation menée par le héros, le meilleur ami de la première victime, sur cette série de crimes frappant une petite ville au milieu du 19ème siècle ne représentent pas ni trame captivante ni un suspense trépident, les cinq premiers des six chapitres du film ne valant que pour leur innovation visuelle qui en fit une référence de cinéma horrifique. Le dernier chapitre en revanche consiste à un retournement de situation dont le schéma n’aura de cesse d’être répété dans l’histoire du 7ème art.

Note 4/5 : L’un des manifeste de l’expressionnisme Allemand, « Le cabinet du docteur Caligari » s’avère être une œuvre brillante. Partant d’un scénario passionnant divisé en 6 actes nous racontant l’histoire d’un mystérieux docteur qui va arriver en ville et exhiber Cesare, un somnambule qui peut prédire l’avenir, dans une fête foraine. Francis un jeune homme (celui qui raconte l’histoire) se rend à l’attraction avec un de ses amis et il sera prédit une mort proche à cet ami, ce qui arrivera assez vite et Francis va se mettre à soupçonner le docteur Caligari. Et tout le long de ce film assez court, on va être fasciné, que ce soit par l’histoire déjà, dont la consistance et la narration composé de flash-back ne viennent jamais alourdir le récit et surtout fasciné par le travail sur les lumières, les décors surréalistes, la réalisation, le jeu très théâtrale des acteurs ainsi que l’atmosphère fantastique, angoissante et horrifique du film. On notera aussi un final tout à fait renversant. Surréaliste et torturé, une grande et très fascinante œuvre.

Source : https://www.allocine.fr/

Mots-clefs : , ,